Les étudiants du Master Gestion de l’Archivage de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) dirigé par Madame Lemaigre-Gaffier (Maitre de Conférence à l’UVSQ et directrice du Master) et Madame Martinez (Directrice des Archives départementales des Yvelines) ont le plaisir de vous inviter à leur Journée d’étude « Les archives dans le contexte économique actuel : enjeux, stratégies et opportunités ».

Affiche journée d'étude 24 mars

Cette journée portera sur les transformations des pratiques de l’archivage en France favorisant une nouvelle économie des archives.

Les communications, assurées par des professionnels de l’archivage issus des secteurs publics et privés, aborderons deux grandes thématiques. Au cours de la matinée, la réflexion interrogera les stratégies économiques à l’œuvre dans le monde des archives.

L’après-midi sera consacrée à la valeur informationnelle et culturelle des archives comme bien d’échange.

La journée d’étude se déroulera le jeudi 24 mars 2016 aux Archives départementales des Yvelines.

Merci de confirmer votre présence à l’adresse suivante : master.gda78@gmail.com

Rejoignez-nous sur Twitter @master2GDA et sur notre page Facebook.

Ici le programme : programme journée d’étude 24 mars

A l’occasion des 20 ans de la formation d’Angers, l’association AEDAA a convié un de nos membres à discuter de l’engagement associatif de l’ADEDA78. Il en a profité pour nous faire un rapide compte-rendu de cette journée.

La journée d’étude sur l’engagement associatif a commencé par une première intervention de Katell Auguié, présidente de l’AAF et d’Alice Grippon, déléguée générale de l’AAF. Étant issues de la formation d’Angers, elles ont retracé l’histoire de la formation et plus particulièrement de la création de l’association des étudiants. Entre les photos souvenirs où l’on peut reconnaître un certain nombre de confrères quand ils étaient plus jeunes et les anecdotes croustillantes, il en ressort que l’investissement associatif est un engagement sur du long terme et que les associations doivent se renouveler pour continuer à répondre aux besoins de leurs membres. La seconde intervention a été menée par Romain Simoneau, secrétaire-adjoint de l’AEDAA et Océane Valencia, trésorière-adjointe de l’AEDAA. Le sujet, proche de la première intervention sur le thème, s’est concentré sur les actions mises en place par les membres de l’AEDAA pour continuer à faire vivre l’association et mettre en place de nouveaux projets. Cette approche pragmatique a permis de mettre en valeur les actions menées par l’AEDAA lors de ces 3 dernières années, mais également la dynamique associative pour les prochaines années.

La troisième présentation, dont les intervenants étaient Charly Jollivet, ATER en archivistique à l’Université d’Angers, et Margot Georges, doctorante en archivistique, était très intéressante. Elle portait sur la position des doctorants dans les associations étudiantes et professionnelles ; cela a surtout permis de voir la mise en pratique et également d’avoir des témoignages des doctorants en archivistique (Angers est la seule formation à proposer un doctorat en archivistique en France, à ma connaissance).

Les quatrième et cinquième interventions étaient axées sur les retours d’expériences des autres structures associatives. Nous avons donc parlé de l’ADEDA78 et des difficultés de ces dernières années, des projets en cours (en particulier de la campagne “adopte un archiviste”) ainsi que d’Agorarchives, notre plateforme de communication. La cinquième intervention, menée par Sarah Elbisser, administratrice de l’Association des Archivistes de l’Eglise de France (AAEF), était une présentation de cette association peu connue et dont la majorité des membres  ne sont pas archivistes de formation. Le principal axe de réflexion de l’AAEF est la mise en place de projet structurant : formation, réflexion sur les archives privées, etc.

L’après-midi fut consacré à deux tables rondes, nous n’avons assisté qu’à une seule puisque les deux étaient simultanées. Cette table ronde avait pour objet : piste de collaboration entre l’AEDAA, l’AAF, les associations du collectif A8 et l’AAEF. Le principal sujet fut la mise en place de projet commun, ou même interne aux associations, permettant de valoriser les actions des associations et de démontrer leur utilité.

La fin de la journée s’est terminée par l’Assemblée Générale de l’AEDAA.

Article de Fabien Zepparelli

<< previous posts || next posts >>